PWM, PPM, S-BUS, SUMD... késako ?!?

Vous avez sûrement déjà entendu parler de PWM, PCM, PPM, SBUS etc etc...

Que se cache-t-il derrière ces acronymes ? Tout simplement des protocoles de communication utilisés par nos récepteurs.

Quelles sont leurs différences, leurs avantages et inconvénients, c'est que nous allons essayer de vous expliquer.

 

 

PWM
Bon le PWM, théoriquement, vous connaissez tous, c'est le plus commun des signaux de sortie de récepteur. En effet, avec nos avions et planeurs, c'est le récepteur qui commande les servos et l'ESC directement à travers un signal PWM... un canal pour chaque servo. C'est ce qu'on utilise aujourd'hui encore. C'est théoriquement la solution la plus commune et la moins chère.
PWM, ça veut dire Pulse Width Modulation (Modulation en Largeur d'Impulsion - MLI), la longueur de l'impulsion indique la course du servo ou la position des gaz. La longueur de cette impulsion varie de 1000 à 2000 µs (micro-seconde), 1000 étant le minimum et 2000, évidemment, le maximum.

 

Donc chaque canal a son propre câble, si donc vous avez un récepteur 8 canaux, vous aurez donc à connecter 8 câbles. Autant on n'a pas trop le choix pour les avions et les planeurs, autant pour les multi-rotors c'est pas la meilleure des options.

PPM
PPM est aussi connu sous le nom de CPPM ou PPMSUM. L'avantage de PPM c'est qu'un seul câble est nécessaire pour transmettre plusieurs canaux (jusqu'à 8), au lieu d'avoir un câble par canal (comme pour le PWM) ; donc on n'a qu'à connecter la masse, la puissance et le signal (un câble à 3 fils standard quoi). Un signal PPM est tout simplement une série de signaux PWM envoyé les uns derrières les autres sur le même câble, mais le signal est modulé différemment.

 

PPM (Pulse Position Modulation -  Modulation en Position d'Impulsion) est ce qu'on appelle "un signal analogique temporel", les canaux sont envoyé les uns après les autres et pas en même temps. Cette technologie est largement utilisée par les contrôleurs de vols de multi-rotors.

 

PCM

PCM signifie Pulse Code Modulation (Modulation par Impulsion Codées - MIC) , c'est un type de donnée similaire ou PPM. Cependant, le signal PCM est numérique (des zéros et des uns) alors que le PPM est analogique. PCM est plus fiable et moins sensible aux interférences mais comme une conversion supplémentaire est requise et bien l'équipement est en théorie plus cher. C'est pour ça que le PPM est toujours le plus utilisé en ce moment. Donc on ne va pas s'étendre sur cette techno.

 

 

Série

Un récepteur série est protocol numérique sans perte qui n'utilise que trois fils (signal, puissance, masse) comme le PPM, pour plusieurs canaux. Comme son nom l'indique cela implique d'avoir un port série sur le contrôleur de vol. Sous le nom générique 'Série' on retrouvera les technologies SBUS, XBUS, MSP, IBUS ou SUMD

 Serial

 

 

SBUS

 

Comme indiqué ci-dessus (et comme son nom l'indique) SBUS est un protocole de communication série. C'est FUTABA qui le premier a lancé cette technologie mais c'est aussi utilisé par les radio FR-Sky. En plus d'être un signal numérique, le gros avantage du SBUS est de pouvoir transmettre jusqu'à 18 canaux sur un seul câble (composé de 3 fils, comme d'hab)

SUMD

 

Le SUMD de Graupner est un protocole série comme le SBUS. Les canaux sont encodés à travers un signal numérique et sans latence.

DSM2 et DSMX

Ce coup ci ont dans le monde de Spektrum. DSM2 est une évolution de DSM beaucoup plus robuste et moins sensible aux interférence. Il s'agit bien évidemment d'un signal numérique. DSM2 est très robuste car il ne se contente pas d'une seule fréquence... Il en choisi une principale et une deuxième de secours au cas ou la première venait à lacher. Naturellement si on venait à avoir un problème sur les 2 fréquences, on perdrait le contrôle.

D'où l'arrivéé de DSMX... En effet DSMX est capable de changer de fréquence à la volée en cas de problème et très rapidement. En fait, on ne se rends même pas compte du changement qui s'opère en quelques millisecondes.

 

Un satellite Spektrum est tout simplement une antenne additionnelle connecté au récepteur principal afin d'améliorer la robustesse du lien en fournissant un réception à diversité.